A Paris, à vélo, on déplace les colis !

A Paris, à vélo, on déplace les colis !

A une époque où le culte de la performance et le mythe de la vitesse font fureur, le vélo est encore trop souvent regardé de façon condescendante dans les milieux professionnels. Pourtant, dans des villes où les vitesses effectives de déplacements des véhicules motorisés sont bien inférieurs à ceux promis par les compteurs, le vélo est un moyen redoutablement efficace pour transporter des plis ou des colis urgents dans le respect des pratiques actuelles du « juste à temps ».

Le vélo est un mode de déplacement souvent assimilé dans les esprits à un simple accessoire de loisirs, bon pour la ballade et la flânerie de doux rêveurs. Et l’idée de s’en servir pour transporter des biens en ville fait sourire quand, chez les plus anciens, elle n’est pas associée à des temps révolus ou des périodes sombres de l’histoire.

Pourtant, dans des villes où les vitesses effectives de déplacements des véhicules motorisés sont bien inférieurs à ceux promis par les compteurs, le vélo est un moyen redoutablement efficace pour transporter des plis ou des colis urgents dans le respect des pratiques actuelles du « juste à temps ». L’explosion du commerce électronique, qui s’accompagne de celle des livraisons à domicile chez les particuliers ou dans les entreprises ou commerces, pose la question de réguler la noria de camionnettes ou de scooters, véhicules mal dimensionnés et inadaptés aux contraintes urbaines. A l’image de la gazelle ou de la fourmi, le vélo d’un coursier ou le triporteur à assistance électrique savent se conduire avec brio dans la jungle et la congestion urbaines et gagner la reconnaissance suprême, celle des acteurs économiques qui ne sont pas spontanément réceptifs aux aspects environnementaux des transports.

Des vélos de courses pour faire le tour de Paris

Crée en janvier 2001, Urban Cycle est la première société de courses à vélo à Paris, et opère sur toute la capitale et sa proche périphérie. Cette activité s’inspire du concept nord-américain créé depuis plus de 20 ans et qui a très largement fait ses preuves outre-atlantique, dans des villes aussi connues que New York, San Francisco ou Montréal. En Europe, on trouve également depuis plusieurs années des services similaires, notamment à Londres, Berlin, Amsterdam, Zurich, Copenhague,… Avec environ une quinzaine de coursiers, ce prestataire a trouvé sa place à Paris avec une offre qui tire parti du côté écologique du vélo mais aussi de ses performances en termes de rapidité, critère essentiel pour la clientèle d’entreprises qui fait appel à ce type de services. Bien plus adapté que les véhicules motorisés sur la plupart des trajets centraux dans l’agglomération, le vélo représente une solution concrète et durable à la congestion quotidienne.

A noter que l’entreprise rémunère les coursiers non pas au bon mais avec une rémunération fixe, afin de limiter leur prise de risque et de mieux garantir leur sécurité, tandis qu’un partenariat avec une société de courses parisienne permet de couvrir également les besoins de courses en grande banlieue.


Urban Cycle

53, rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris

Tél. 01 43 38 38 38  urbancycle@urbancycle.fr ou www.urbancycle.fr

La petite reine du macadam parisien dame le pion aux livreurs motorisés

Lancé en 2001, le service de « La Petite Reine » démontre que l’on peut associer économie et écologie. Cet opérateur assure des livraisons terminales de marchandises à partir d’une plate-forme logistique de 600 m2 située au centre de Paris. Son originalité est d’avoir choisi la solution de vélos triporteurs à assistance électrique au pédalage, ce qui permet d’atteindre 20 km/h (vitesse moyenne  sur une course évaluée à 12 km/h environ), sans efforts inutiles pour les conducteurs et avec une autonomie suffisante pour une journée complète de livraisons. Rapides, les vélos triporteurs électriques proposent des temps de parcours identiques, voire inférieurs à ceux d’un petit utilitaire sur les distances courtes qui caractérisent les activités de messagerie. Avec un statut qui permet l’emprunt des voies cyclables, et un encombrement réduit à un gabarit de 99 cm de large seulement, ces véhicules se déplacent aisément dans le trafic tout en permettant pourtant de transporter une charge utile jusqu’à 150 kg, soit un volume de 1200 l !

Avec cette réponse adaptée aux contraintes de la circulation en milieu urbain dense, le service a trouvé sa crédibilité auprès des groupes mondiaux de messagerie. Les prix pratiqués par  » La Petite Reine  » sont en effet compétitifs par rapport aux services classiques opérant avec des véhicules motorisés tandis que la fiabilité des tournées de livraisons a permis de fidéliser la clientèle, avec un taux de retours de colis très faible (6,25 %). Ces véhicules peu communs ne manquent pas d’attirer l’attention et procurent une image moderne et écologique aux commanditaires, appréciée par leurs propres clients. De ce fait, la viabilité et le développement du service sont assurés sans interventions financières publiques dans l’exploitation. L’activité a connu une croissance rapide et constante du nombre de colis transportés : près de 15 000 par mois ! L’extension se poursuit avec des antennes à Bordeaux et à Rouen et l’équipe s’est étoffée de nouveaux conducteurs qui trouvent ce métier valorisant et agréable.

La Petite Reine SARL

Place du Louvre, parc de stationnement Saint-Germain-l’Auxerrois, niveau -1, 75001 Paris

Tél. / Fax : 01 42 96 51 80, gilles.manuelle@lapetitereine.com ou www.lapetitereine.com

Maurice a plus d’un petit vélo dans sa tête

Depuis juillet 2004, cette structure est réputée grâce à un bouche à oreille élogieux : cet établissement atypique dans le monde des vélocistes parisiens est désormais connu pour ses prestations de qualité et son accueil chaleureux, autour d’activités de vente et de réparations de vélos. Mais ce lieu se distingue d’une boutique classique car il dépend en fait du CAT (Centre d’aide par le travail) Maurice Pilod, et a été créé avec le soutien de la Ddass et du conseil régional d’Ile-de-France.
Sa création est une première en France, sous forme d’une structure d’accompagnement de personnes handicapées, placées administrativement et avec des conditions de travail aménagées, qui comprend une formation adaptée à raison de 2 heures par jour. La présence d’encadrants professionnels, qui sont à la fois moniteurs et techniciens du cycle, assure un travail de qualité. Dépassé par son succès, l’atelier doit travailler sur rendez-vous pour faire face aux nombreuses demandes de réparation. Mais surtout, pour répondre à la demande croissante de particuliers, mais aussi de sociétés possédant des flottes de vélos au sein de leurs entreprises, telle La Poste, un nouvel atelier de 170 m2, dédié uniquement à l’activité de réparations, est mis en service depuis septembre 2006.

Les Petits Vélos de Maurice
139, boulevard Voltaire, 75011 Paris
Tél. / Fax : 01 44 93 79 84 lespetitsvelos@wanadoo.fr

Données d’exploitation

Toutes les infos en fonction du type d’exploitation.

Pour une exploitation  » fret express  » le nombre quotidien de mouvements réalisable avec un triporteur et un  chauffeur est :

– le matin de 36 livraisons
– l’après-midi de 16 livraisons et 25 de enlèvements
Ces mouvements sont réalisés pour du fret léger dans le cadre de tournée.

Pour une exploitation  » super et hypermarché  » le nombre quotidien de mouvements réalisable avec un  triporteur et un livreur est de 10 livraisons à domicile.
Ces mouvements sont réalisés à l’unité pour du fret lourd.

Pour une exploitation  » magasins spécialisés  » (exemple de magasins spécialisés dans la commercialisation des  fruits et légumes) le nombre quotidien de mouvements réalisable avec un triporteur et un chauffeur est de 25  livraisons terminales.
Ces mouvements sont réalisés dans le cadre d’une mini tournée pour du fret lourd.

Pour une exploitation  » service à domicile  » (exemple de livraison de plateaux repas) le nombre quotidien de  mouvements réalisable avec un triporteur et un chauffeur est de 46 livraisons à domicile.

Ces mouvements sont réalisés dans le cadre de tournée régulière programmée à l’avance en terme d’itinéraire  pour du fret léger mais encombrant.

Contexte de l’expérimentation

Photo d'un vélo triporteur

A Paris, les véhicules utilitaires représentent en moyenne 20 % de l’occupation de l’espace voirie. En milieu  urbain, les opérations terminales de livraisons de marchandises, saturent les axes de circulation, encombrent  les trottoirs, génèrent des pollutions considérables (émissions de polluants, bruits, gaz à effet de serre…) et  sont responsables de près de 46 % des consommations de gazole en ville.

La Loi sur l’Air et l’Utilisation Rationnelle de l’Energie (1996), renforcée récemment par la Loi Solidarité et Renouvellement Urbain (2000), a conduit les agglomérations à approfondir dans leur Plan de Déplacements Urbains -PDU- des réflexions sur les transports de marchandises en ville. En effet, la mise en place de  systèmes de transports urbains de livraisons des marchandises efficaces et respectueux de l’environnement  est essentielle pour la vitalité économique et l’attractivité des villes, ainsi que la qualité de vie des habitants.

Cette lutte contre le va-et-vient incessant des véhicules routiers de livraisons, dans un espace de  circulation confiné comme les centres urbains, nécessite d’engager des expérimentations innovantes pour  parvenir à utiliser des véhicules mieux adaptés à l’environnement spécifique des centres-villes, tout en  conciliant au mieux les impératifs de chacun (commerçants, transporteurs, résidents…).

Dans ce contexte, la Mairie de Paris lance une opération exemplaire à la fois innovante et efficace pour  résoudre une partie des différents problèmes mentionnés précédemment. Cette opération est basée sur  l’expérimentation d’une flotte de vélos triporteurs électriques pour les livraisons finales dans les  arrondissements centraux de Paris.

Cette opération a reçu le label PREDIT* et obtenu à ce titre un financement de l’ADEME à hauteur de 50 %  pour les études de faisabilité, de suivi et d’évaluation et de 15 % pour l’investissement dans les vélos  triporteurs.

*Programme national de Recherche et d’Innovation dans les Transports Terrestres. Programme interministériel d’une durée de 5 ans contribuant à la réalisation des objectifs de la politique des transports. Il constitue une plate-forme nationale d’incitation à la recherche et à l’expérimentation, et de soutien à l’innovation, placée sous l’égide de 4 ministères : Recherche, Transport, Industrie et Environnement et de 2 Agences : ADEME et ENVAR.

L’impact limité d’un vélo triporteur à assistance électrique sur l’environnement, sa flexibilité, sa faible  consommation d’espace, font de ce type de véhicules le candidat idéal pour participer au développement de  transports de marchandises durables. Le caractère innovant de ce type d’expériences impose un suivi et une  évaluation.

Suivi et évaluation de l’expérimentation

Photo d'un vélo triporteur

Afin de dresser un bilan complet de l’expérimentation, un protocole de suivi et d’évaluation va être mis en  place. Il sera basé sur un certain nombre d’indicateurs qualitatifs et quantitatifs qui permettront d’évaluer la  réussite de l’opération sur différents domaines, d’en contrôler les principes de fonctionnement et de détecter  les ajustements qui devraient être apportés en vue d’une pérennisation.

 Le protocole de suivi et d’évaluation de l’expérimentation

Afin d’apporter une réponse objective aux questions posées, des grilles d’évaluation devront être établies et renseignées régulièrement.

Des indicateurs devront être collectés sur les thèmes suivants :

– les indicateurs devant mesurer l’activité et le fonctionnement
– les indicateurs devant mesurer la rentabilité du système
– les indicateurs devant mesurer l’impact sur l’environnement
– et des indicateurs plus qualitatifs (niveau de satisfaction des utilisateurs, dysfonctionnements observés par    les conducteurs livreurs, etc .)

Un bilan de l’expérimentation devra être édité à plusieurs échéances : D + 6 mois , D + 1 ans et D + 2 ans, apportant ainsi à l’évaluation une dimension comparative dans le temps et permettant de corriger les dysfonctionnements.

Photo d'un vélo triporteur

Bilan de l’évaluation : boum de la livraison en vélos triporteurs électriques

Après 24 mois d’expérimentation, une étude démontre que cette nouvelle forme de livraisons écologique remporte un véritable succès : le personnel a triplé en 2 ans, la flotte se développe, l’activité est croissante et les clients sont plus que satisfaits.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s