Recherche locale : Google assise sur une mine d’or mais…

21/10/2008 — Nathalie Michaud

…doit encore attendre une certaine maturité du côté de la mobilité avant d’en profiter à plein.

C’est via le blogue de Sébastien Provencher de Praized Media que nous avons pris connaissance du contenu de l’appel conférence tenu la semaine dernière par Google pour discuter des résultats financiers de la compagnie lors du 3e trimestre. Bien entendu, cet appel traitait des bonnes affaires de Google (qui résistent à la tempête qui sévit à même l’économie américaine), mais on y touchait aussi des sujets variés, comme l’introduction de Chrome et le lancement du premier téléphone roulant sous Android.

À quelques reprises, Sergey Brin et ses collaborateurs se sont exprimés sur le filon que représentent pour la compagnie la recherche locale, les outils exploitant la géographie, et le marché de la mobilité.

Voici quelques éléments touchant le volet géospatial, mentionnés par l’équipe de direction de Google lors de l’appel (toute la conversation est retranscrite ici) :

  • Le marché de la géomobilité et de la publicité géolocalisée est un créneau fondamental des affaires de Google (pas surprenant). La publicité offerte selon la pertinence de la géographie trouve son intérêt tant du côté des annonceurs que de la clientèle (Eric Schmidt, CEO);
  • Google Maps et Earth représentent un secteur prometteur pour Google, et pourraient être davantage rentabilisés si les petites entreprises locales étaient rejointes. C’est un peu le but souhaité avec Map Maker, lancé dans plus de 100 pays. Les utilisateurs du programme ont téléchargé 50 000 km de routes et 75 000 commerces), mettant sur littéralement sur la carte des commerces situés dans des endroits où la cartographie accessible au public fait défaut (Sergey Brin, Founder & President, Technology);
  • La rentabilisation des investissements des produits « géo-locaux » peut prendre un certain temps, le temps d’inclure les petites entreprises locales dans la boucle, et d’exploiter tout le potentiel de la mobilité et des capacités de localisation sur mobiles. Google réalise toutefois déjà des revenus substantiels à partir de la filière du « géo-local ». (Réponse de Sergey Brin à une question de Youssef Squali, un analyste de la maison Jefferies);
  • Google va au delà des Pages Jaunes traditionnelles, en intégrant sur la carte toute sorte d’informations tant favorables aux commerçants qu’utiles aux consommateurs, comme des commentaires, des photos (dont de plus en plus avec Street View), les heures d’ouverture, etc. (Jonathan Rosenberg, SVP, Product Management).

Jonathan Rosenberg suggère d’ailleurs de visiter swisstrains.ch, qui donne la position des trains suisses en temps réel sur fond Google Maps, pour expérimenter ce qui sera courant et banal lorsque tout sera accessible tant via un navigateur que via un mobile…

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s